NuestrAmericaLatina | ROADTRIP ENTRE AMIS DE RECIFE A SALVADOR
blog, voyage, Amérique latine, Amérique du sud, South America, America latina, America del sur, travel, viaje, nuestramericalatina, carnet de voyage, photo, photographie, video, itinéraire, Argentine, Argentina, Chili, Chile, Bolivie, Bolivia, Colombie, Colombia, Pérou, Peru, Equateur, Ecuador, Brésil, Brasil, voyage en cargo, cargo, mer et voyages, transatlantique, porte conteneur, Nordeste, Andes, cordillère des Andes, backpacking, mochilando, roadtrip
23715
post-template-default,single,single-post,postid-23715,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
RoadtripCombi

ROADTRIP ENTRE AMIS DE RECIFE A SALVADOR

Après la “route des émotions” en famille, c’est parti pour la “route de l’enchantement durable” entre amis : un roadtrip de 2 semaines et plus de 1000km entre Olinda et Salvador da Bahia, de plages paradisiaques en petites villes coloniales, de lignes droites au beau milieu des champs de canne à sucre en petites routes côtières pavées bordées de palmiers traversant des petits villages de pêcheurs où le temps semble s’être arrêté.

En attendant peut être un carnet de voyage plus détaillé sur l’ensemble du Nordeste, voilà un petit aperçu de ce roadtrip entre amis : Olinda > Tamandaré > Maragogi > Praia do Frances > Penedo > Aracaju > Mangue Seco > Praia do Forte > Salvador !

Itineraire-roadtrip-Recife-Salvador-Bahia

 

#1 – O LINDA OLINDA !

Après Canoa Quebrada, nous rejoignons Recife en bus de nuit et décidons de filer directement à Olinda, sa petite voisine plus paisible qui est l’une des plus anciennes cités brésiliennes. Olinda est une bien jolie ville, c’est d’ailleurs ce qui lui valu d’être ainsi baptisée par les portugais, “O linda” signifiant littéralement “Oh la belle !”. Nous posons nos sacs à la Pousada d’Olinda située en plein coeur du centre historique classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO, et partons nous balader dans les petites ruelles aux jolies façades coloniales colorées fraichement rénovées et impressionnantes églises noircies par le temps. Le soir, l’ambiance bat son plein dans les rues, veille de 15 août oblige. Bref, nous tombons sous le charme.

Le lendemain, c’est le jour des retrouvailles avec nos amies de Marseille, Mat’ et Chloé, venues nous rejoindre pour 2 semaines de roadtrip jusqu’à Salvador. Nous passons donc cette deuxième soirée à Olinda à débriefer les derniers mois de voyage pour les uns, de travaux de rénovation ou d’emménagement à Marseille pour les autres, autour de quelques caïpis et bolinhos en terrasse. C’est nettement plus calme que la veille mais on ne se lasse pas de la vue, sur les toits et la végétation d’Olinda en premier plan, l’océan et les tours de Recife en arrière plan.

Olinda
Olinda_Brasil

 

#2 – TAMANDARE ET LA PRAIA DOS CARNEIROS

Première étape du roadtrip à proprement parlé : Tamandaré et la praia dos Carneiros. Nous récupérons notre bolide – une ford Ka – à l’une des agences de l’aéroport de Recife et filons plein sud sur une centaine de kilomètres. Le temps d’arriver à Tamandaré et de faire un tour à la plage, le soleil est déjà assez bas, il fait malheureusement nuit tôt à cette latitude. Nous partons donc à la recherche de la pousada que nous avons repéré dans les guides et ce n’est qu’après plus d’une heure à tourner dans tout Tamandaré (finalement pas si petite ville) et avec l’aide d’un commerçant qui aura même eu la gentillesse de prendre sa voiture pour nous y guider que nous finissons par la trouver et voire qu’elle est… fermée pour travaux ! tout ça pour ça. Nous nous rabattons sur une autre pousada et atterrissons au seul bar de plage encore ouvert histoire de grignoter un bout. C’est bien calme et il ne fait pas si chaud… bref, on sent que c’est la basse saison et que l’on s’éloigne de l’équateur.

Le lendemain nous profitons de la superbe praia dos Carneiros : eau chaude et turquoise, sable fin, c’est un décor de carte postale. Coup de coeur pour l’adorable Igreja de São Benedito, plantée les pieds dans l’eau, sous les cocotiers !

PraiaCarneiros
PraiaCarneiros_IgrejaSaoBenedito

 

#3 – MARAGOGI ET LA COSTA DOS CORAIS

2ème étape du roadtrip : Maragogi et la Costa dos corais (côte des coraux) dans l’Etat d’Alagoas, dénommée ainsi en raison de la barrière de corail qui protège cette portion du littoral aux eaux turquoises. Nous trouvons cette fois facilement une pousada face à l’océan et faisons rapidement du bar de plage d’en face notre quartier général. C’est un peu moins mort qu’à Tamandaré: nous ne sommes cette fois pas les seuls à diner sur la plage et on a même droit à de la musique live. Tant mieux car nous avons appris le matin même que nous n’allons finalement pas pouvoir rentrer en cargo et ça nous a mis un gros gros coup au moral. On est hyper déçus de se dire que la fin de notre voyage ne ressemblera pas à ce que l’on avait imaginé et que l’on ne pourra pas vivre cette expérience unique mais on se dit que c’est la vie et qu’on ne va pas se laisser abattre. Il faut aller de l’avant et profiter du moment présent. On se paie donc un bon diner avec les copines pour se consoler!

Le lendemain nous partons à la recherche d’un bateau pour nous emmener en excursion dans l’une des nombreuses piscines naturelles qui entourent Maragogi. Malheureusement, les passeios vers la réserve naturelle de Galés ont démarré plus tôt le matin, c’est donc vers d’autres spots que nous partons avec 2 couples de brésiliens. Rapidement, le ciel s’assombrit et on se fait rincer en se baignant dans de l’eau qui ne doit pas faire loin de 28/30°C: ambiance tropicaou assurée! Heureusement ça ne dure pas et on continue à barboter quelques heures dans des sortes de lagons d’eau chaude et turquoise où l’on a pied partout et où l’on peut même commander jus de fruit, Skol (bière nationale) fraiche ou caïpirinha aux petits bars flottants: il y a pire! Bon par contre, côté fonds marins, on repassera. Pas le moindre poisson à l’horizon…

Maragogi

En repartant de Maragogi on s’arrête en chemin au tranquille petit village de Japaratinga, le temps d’une balade à marée basse au milieu des bateaux de pêcheurs sur le sable marbré de la jolie plage et d’un bon suco natural face à l’océan. Encore une fois seuls au monde dans un décor de rêve !

Japaratinga_plagemarbrée
praia_Japaratinga
Japaratinga_eautransparente

 

#4 – RETROUVAILLES A PRAIA DO FRANCES

La route du littoral entre Japaratinga et Maceio est un délice. Ourlée de cocotiers, elle traverse de petits villages, ayant l’air tous plus paisibles les uns que les autres. C’est en musique et le nez au vent que l’on savoure cette centaine de kilomètres, observant au passage la vie locale, les terrains de foot bricolés, les innombrables petites églises et les impressionnants soundsystems embarqués.

Nous faisons étape 2 nuits à Praia do Frances, juste au sud de Maceio, pour essayer de croiser la route d’Alex et Esther, un couple d’amis de Marseille en voyage dans la région qui fait à peu près le même trajet que nous mais en sens inverse (du sud au nord). Eux n’ont pas loué de voiture et sont donc moins flexibles que nous sur le trajet. C’est là qu’ils ont décidé de prendre quelques cours de surf. RDV est donc pris pour y passer le samedi soir tous ensemble. Malheureusement, l’ambiance n’est franchement pas au RDV: tous les bars de plage sont fermés et même trouver un endroit sympa où manger semble mission impossible. On atterrit dans un petit bar/restau sans prétention où les locaux regardent la finale de foot des JO qui voit s’affronter Brésil et Allemagne et a comme un petit air de revanche après la raclée de la coupe du monde 2014. Heureusement c’est le Brésil qui gagne 5-4 après une séance de tirs au but forcément stressante et qui remporte ainsi le seul titre qui manquait à son palmarès footballistique : la médaille d’or olympique, et à domicile qui plus est. Malgré cette victoire, ça reste bien calme pour un samedi soir!

PraiaFrances_surf

En repartant de Praia do Frances, nous faisons un premier arrêt à la superbe Praia do Gunga, immense plage de sable doré à la jonction de la lagune de Roteiro et de l’océan Atlantique, bordée d’une immense cocoteraie pour une ballade matinale les pieds dans l’eau turquoise… le bonheur quoi ! Plus loin sur la route du littoral nous tournons un peu par hasard, attirés par un panneau indiquant “Dunas de Marapé” et nous dénichons au bout du chemin un véritable petit coin de paradis. Là encore c’est une embouchure de cours d’eau qui forme un superbe paysage de dunes et de lagunes où s’échouent des bateaux de pêche au pied des cocotiers et cajueiros. On se pose les pieds dans le sable au milieu de cette carte postale avec un bon suco natural ou une grosse agua de coco et on est bien, tout simplement. “O paraiso é aqui” comme diraient les locaux…

Praia_da_Gunga_Brasil
PraiaGunga_Brasil
DunasMarapé

 

#5 – BALLADE DANS LES RUES COLOREES DE PENEDO

On s’éloigne un peu du littoral pour aller découvrir Penedo, petite ville de style colonial portugais intacte, patinée par le temps, encore assez peu touristique et du coup très authentique. On loge à la Pousada Colonial, face au rio São Francisco, fleuve brésilien le plus long après l’Amazone. C’est dans ce recoin abrité des vents du littoral que des Portugais aventureux décidèrent naguère de jeter l’ancre et fondèrent un poste de pionniers. À l’époque de la conquête du Brésil, le fleuve São Francisco était emprunté par les expéditions portugaises en partance pour l’intérieur des terres, à la recherche d’or. Aujourd’hui, il marque la frontière entre les États de Sergipe et d’Alagoas. On se paie un bon diner au bord de l’eau, on flâne dans les ruelles colorées du centre et on est même invités par 2 danseurs de capoeïra à venir les regarder s’entrainer. Une étape qui vaut le coup entre Maceio et Aracaju!

Brasil_Penedo

 

#6 – ARACAJU & SAO CRISTOVAO

De Penedo, il faut commencer par traverser le fleuve en barge pour continuer notre route vers le sud. On met le cap vers Aracaju où l’on passe seulement une nuit: l’occasion de se faire une bonne churrasqueira en écoutant du Forró au restaurant Cariri, institution locale du front de mer, réputée dans tout le nordeste à la fois pour sa cuisine et ses concerts live.

Le lendemain, on fait un premier stop au petit village de São Cristóvão, ancienne capitale du Sergipe fondée en 1590 et dont une des places est classée au patrimoine de l’UNESCO. C’est mignon mais nettement moins coloré que Penedo. Le tour est vite fait. On s’arrête ensuite pour déjeuner en route dans un petit village pas du tout touristique et où les locaux semblent bien surpris en voyant nos têtes de gringos (au brésil, le terme désigne affectueusement n’importe quel blanc, pas nécessairement américain). Ne trouvant aucune cantina o kilo (buffet au poid) ou lanchonete (sandwicherie), on atterit au fond d’un supermarché où quelques tables permettent de manger sur le pouce entre le rayon beurre et les étals de fruits et légumes : expérience locale assurée ! On reprend ensuite la route en direction de Pontal où l’on compte passer la nuit avant de se rendre à Mangue Seco.

 

#7 – GOOD FEELING A MANGUE SECO

Après une jolie route (surnommée “linha verde” car elle travers une secteur boisé préservé sur environ 150km au nord de Salvador), on pose nos sacs à Pontal (petit village par lequel on accède en bateau à Mangue Seco). A l’heure du diner, ne trouvant aucun “resto”, on demande à une mama s’il est possible qu’elle nous prépare quelque chose et on se retrouve 5 minutes plus tard sur la terrasse de sa maison à jouer aux cartes en sirotant des Skol fraiches en attendant qu’elle nous serve un bon diner maison : quelques morceaux de poisson grillé, du cuscuz de manioc et de délicieuses miettes de crabe liées avec une sauce. Non seulement c’est bon mais surtout nous n’avons jamais mangé pour aussi peu cher ! Couchés de bonne heure, on entend tomber la pluie toute la nuit et on se réveille dans la flotte sous un ciel bien gris : c’est ballot avant Mangue Seco où il n’y a rien à part des dunes et de la plage… la météo est pourrie pour toute la semaine qui vient. C’est la déprime. On ne change pas nos plans pour autant et on traverse donc en bateau la langue d’eau douce qui sépare Pontal de Mangue Seco. Arrivés à l’auberge que l’on a repéré, le Mangue Seco Hostel, on est accueillis par Tulio, un brésilien parlant bien anglais super chaleureux et détendu (pour ne pas dire perché dans le monde des bisounours): c’est lui qui tient l’hostel avec sa femme Camila qui s’occupe elle surtout du côté resto, pour le plus grand plaisir de nos papilles. Malgré une météo capricieuse, on se sent sacrément bien dans ce petit bout du monde où il n’y a rien d’autre à faire que marcher dans les dunes, le long des kilomètres de plage déserte ou au bord du rio, jouer aux cartes, bouquiner dans les hamacs et savourer les bons petits plats de Camila… si bien que c’est l’étape de notre roadtrip qui durera finalement le plus longtemps. On se rappellera longtemps de ces quelques jours au Mangue Seco Hostel où “everyday is sunday” !

manguesecohostel_brasil

 

#8 – DERNIER STOP A PRAIA DO FORTE

La dernière étape de notre roadtrip est moins une réussite que la précédente. Nous faisons “logiquement” un dernier stop à Praia do Forte, grosse station balnéaire au nord de Salvador, réputée notamment pour son centre sur les tortues marines. Après Mangue Seco, on a un peu l’impression d’atterrir dans un Center Park géant. Il n’y a que des pousadas, des restaus et des boutiques pour touristes. Un conseil, si vous voyagez dans le coin avec une voiture, allez plutôt dormir à Imbassai ou Vila do Diogo, deux petits villages pas loin et bien plus authentiques. C’est ce que nous aurions du faire mais nous l’avons compris trop tard, après avoir payé notre auberge pour 2 nuits. On profite donc d’être sur place pour aller voir les énormes tortues du projet TAMAR, visiter les ruines du Castelo de Garcia d’Ávila, se balader dans la réserve écologique de Sapiranga (pour Mat et Chloé) et finir nos livres sur la superbe plage voisine d’Imbassai (pour Laurent et moi).

 

#9 – SALVADOR DA BAHIA: ROME NOIRE, VILLE METISSE

30 août: le roadtrip touche déjà à sa fin. C’est passé bien trop vite encore une fois. Nous rendons titine dans une agence de Salvador avec vue mer, remettons nos gros sacs sur nos dos (ça ne nous avait pas manqué), et rejoignons en bus le centre historique. On se pose dans une jolie auberge en plein coeur de la ville haute coloniale, pas loin du fameux Pelourinho (place triangulaire et pentue entourée d’églises et façades colorées). Les jours suivants se partagent entre longues marches dans les petites rues du centre ou le long du littoral jusqu’au phare de Barra, dégustation des spécialités locales (l’acarajé, beignet à pâte de haricot farci à la vatapa de crevettes et la moqueca, ragout de poisson ou de crevettes à l’huile de palme), visites de musées, démonstrations de capoeïra ou fanfares locales. On a aussi le plaisir de re-retrouver  Alex et Esther qui après être montés jusqu’à Recife repassent par Salvador avant de rentrer en France. Salvador est une ville portuaire vivante et colorée, comme on les aime. On la quitte à contre coeur pour aller faire un tour à la Chapada Diamantina. On vous raconte ça très vite dans une prochaine brève !

38_salvador_portes
Salvador_favelas

Encore merci aux coupines marseillaises d’être venues partager ces 15j de roadtrip avec nous.

Viva la #teamtropicaou !

#alphatoucan #betacoco #tangocaïpi #deltatong

3 Comments
  • Dominique

    30 septembre 2016 at 17 h 48 min Répondre

    Superbe

  • Philippe Maurel

    13 février 2017 at 23 h 21 min Répondre

    Nous envisageons de faire justement cet itinéraire (dans l’autre sens) et en Aout également, aussi je vous remercie pour toutes ces infos et ces belles photos.

    • Claire

      15 février 2017 at 9 h 21 min Répondre

      Bonjour Philippe. Merci pour votre commentaire. Ravis que notre expérience puisse vous servir dans la préparation de ce beau voyage. Vous allez vous régaler !

Post a Comment