NuestrAmericaLatina | QUITO: ON A PRIS NOTRE TEMPS
blog, voyage, Amérique latine, Amérique du sud, South America, America latina, America del sur, travel, viaje, nuestramericalatina, carnet de voyage, photo, photographie, video, itinéraire, Argentine, Argentina, Chili, Chile, Bolivie, Bolivia, Colombie, Colombia, Pérou, Peru, Equateur, Ecuador, Brésil, Brasil, voyage en cargo, cargo, mer et voyages, transatlantique, porte conteneur, Nordeste, Andes, cordillère des Andes, backpacking, mochilando, roadtrip
23503
post-template-default,single,single-post,postid-23503,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
33_Quito_vue_toits_centrocolonial

QUITO: ON A PRIS NOTRE TEMPS

Notre dernière étape dans un pays hispanophone est Quito, la capitale de l’Equateur. Pour cette ultime virée andine et après plusieurs semaines de voyage à un rythme effréné nous avons décidé de prendre notre temps. Nous posons nos backpacks pour 6 nuits dans un hotel en plein coeur de la Mariscal, le quartier où les quiteños aiment sortir et faire la fête et nous en profitons aussi !

Au programme de cette petite semaine : chill’, visite du coeur historique colonial de la ville classé au patrimoine mondial de l’Unesco (par chance nous assistons à la relève de la garde sur la place de l’indépendance en face du palais du gouvernement, en présence même du président équatorien!),  montée en haut du Teleferiqo pour mieux appréhender la grandeur de cette ville toute en longueur cernée par les montagnes et les volcans.

Quito_placa_independdencia1
Quito_centro_colonial

Nous passons également une journée à Otavalo, une ville située à 2 petites heures de Quito réputée pour son marché artisanal, le plus grand du pays où sont vendus tout type de produits andins (et/ou made in china) : bijoux, tissus, hamac, chapeaux, etc. Les habitants de la région d’Otavalo sont reconnus pour leur élégance et leurs habits traditionnels : longues tresses aussi bien pour les hommes que pour les femmes, chapeaux en feutre et capes en laine sombres, la classe andine.

Otavalo

Les Andes c’est définitivement terminé. Nous décollons pour São Paulo, mégapole de 20 millions d’habitants et poumon économique du Brésil. Une page du voyage se tourne mais la brésilienne s’annonce bien !

No Comments

Post a Comment